Veau à la rose : Qu’est-ce que c’est et comment le cuisiner

Note cette publication

L’un des avantages d’avoir un bon boucher à portée de main est que vous pouvez élargir vos goûts pour les coupes de viande fine. L’un des produits préférés est le veau rose, une variante de veau spécifique qui est de plus en plus populaire. On propose toute une gamme de steaks, de côtelettes et de filets de cette viande particulière, mais avant de vous lancer, permettez-nous de vous en dire un peu plus sur le veau rose et sur la meilleure façon de le préparer comme prochain plat principal.

Qu’est-ce que le « veau rose » exactement ?

Le veau, comme vous le savez probablement, est la viande de veau (généralement âgé de six à huit mois). C’est un plat très consommé aux Pays-Bas, en Allemagne, en France et en Italie, mais jusqu’à récemment. Il tire son nom de sa couleur rose, bien qu’il soit également appelé « veau de bien-être », car les veaux ne sont pas nourris selon le régime alimentaire restreint et à faible teneur en fer utilisé pour produire la viande de veau blanche traditionnelle. Pour commander de la viande de veau de qualité et en toute sécurité, vous pouvez consulter cette page : https://www.maisonboudet.com/categorie-produit/veau/

Comment cuire le veau rose ?

L’un des avantages de la viande de veau est qu’elle est très facile à préparer, ne nécessitant que quelques étapes de base :

  • Utilisez un maillet à viande pour piler les escalopes de veau afin qu’elles soient d’une épaisseur uniforme. Cela permettra une cuisson uniforme.
  • Ajoutez du sel et des assaisonnements similaires à la viande de veau après, et non avant, la cuisson ou le brunissage

La viande de veau se caractérise par des tissus très délicats

La viande de veau se caractérise par des tissus très délicats, et une cuisson excessive à une température trop élevée ne fera qu’entraîner un repas dur ou sec, ou vous risquez de carboniser l’extérieur avant même qu’il n’ait atteint le niveau de « cuisson » approprié. La température joue en général un rôle important dans la préparation d’un bon repas de veau, et peut dépendre énormément de vos morceaux. Par exemple, les escalopes doivent être poêlées ou sautées à feu moyen-élevé, tandis que les plats mijotés doivent être laissés à brunir lentement pour développer une riche saveur.

Lors de la cuisson d’un filet, une astuce populaire consiste à enfermer un peu de papier sulfurisé autour de la viande avec une petite poignée de sauge, avant de la mettre au four. Enfin, méfiez-vous des sauces, car une saveur trop prononcée écraserait le goût délicat du veau. N’oubliez pas de laisser la viande reposer un peu après la cuisson, afin que les protéines se reposent et que les jus puissent se frayer un chemin autour de la pièce.

Quelles sont les différences entre la viande de veau de grain et la viande de veau de lait ?

Il existe deux types de veaux produits en Ontario : le veau nourri au lait et le veau nourri au grain. Les veaux de boucherie nourris au lait sont élevés selon un régime alimentaire équilibré contenant tous les nutriments nécessaires à la santé animale. Grâce à ce régime alimentaire à base de lait, la viande est de couleur rose clair et possède un goût doux et une texture moelleuse. Les veaux nourris au lait atteignent un poids de marché de 205 kg à 227 kg (450-500 livres). La viande de veau nourrie au grain est de couleur rose et a un goût similaire à celui du bœuf mais moins prononcé. Ces veaux sont nourris avec un régime à base de lait pendant les 6 à 8 premières semaines, après quoi un supplément de maïs et de protéines est progressivement introduit dans leur régime. Le veau de grain atteindra un poids de marché de 296 kg à 318 kg.